RETOURNER VERS LES ACTUALITÉS

Parti le 7 août des sables d’Olonne, après 4700 milles effectués Come In Vendée est arrivé le samedi 3 septembre au soir à port Olona au son de l’accordéon. Dans une ambiance festive, saluant la performance de Jeff Pellet après son parcours de qualification dit « exceptionnel » (selon les prérogatives du comité de course du Vendée Globe). Pour du beurre. Depuis la veille, il avait reçu de la part de Jacques Caraës, un mail stipulant que le skipper n’était « pas dans un cas de circonstances exceptionnelles » 

 

Premier conseil de la direction de Course et première voie sans  issue.

  • « Ils m’ont demandé de finaliser mon inscription à New York – Vendée »

Rencontre avec Jacques Caraës à la soirée de la remise du pass skipper le 28/04.

Tout en sachant qu’à ce moment-là nous n’avions pas pu réaliser le test de stabilité du bateau, en qualité de directeur adjoint de course, il me conseille de finaliser mon inscription pour la course New York-Vendée, afin de rester en accord avec les instructions de course du Vendée Globe.

Nous avons donc finalisé notre inscription en réglant la somme de 5000€.

Après plusieurs tentatives pour réaliser ce test, (planning du jaugeur et conditions météo) nous avons réussi à le faire le 17/05 soit 12 jours avant le départ de la New York-Vendée (Départ de New York le 29/05) et donc impossible de rallier New York dans les temps. Le résultat du test nous est parvenu par mail en date du 6/06.

Toujours sous ses conseils, en date du 12/05, nous avions donc anticipé notre demande de dérogation exceptionnelle à la direction de course, réaliser notre qualification skipper-bateau comme énoncé dans les instructions de course; en stipulant le fait de ne pas avoir pu faire le test de jauge du bateau pour les raisons susnommées.

Notre demande s’est vue refusée par l’ancien directeur de course (le même jour que les tests le 17/05)

Il n’avait pas la même vision des conditions exceptionnelles, pour lui seulement une avarie majeure en course était recevable.

Discorde concernant les faits exceptionnels entre l’ancien directeur de course toujours en activité au moment des faits, et le nouveau.

Dans les instructions de course du Vendée Globe aucune liste exhaustive n’apparait, tout ceci reste à l’interprétation personnelle de la direction de course.

Et de deux, Come In Vendée se retrouve scotché à quai

  • « Il m’ont demandé de participer à la transat Québec St Malo, ou de créer une course »

L’ancien directeur de course Denis Horeau et l’actuel Jacques Caraës en un mail du 5/06, nous informe « il existe toujours deux possibilités pour te qualifier dans le cadre d’une course avant le 1/10, la Québec st Malo ou à une autre course transocéanique de plus de 2500 milles qu’un club devra créer »

Apres consultation avec les Sport Nautique Sablais (SNS) nous avons choisi d’organiser une course, le SNS ayant par le passé déjà réalisé ce type de qualification pour des bateaux du Vendée Globe.

Deux éléments m’ont fait choisir l’option de créer ma propre course :

*Côté technique, Le groupe hydraulique de quille du bateau était parti en révision.

*À titre personnel, ma compagne subissait une intervention chirurgicale majeure, il n’était pas envisageable de ne pas l’accompagner dans cette épreuve.

Le SNS en vue de la création de cette course contact la Fédération Française de Voile (FFV)

À notre grande surprise, le président de la FFV la refuse en date du 1/07 par l’envoi d’un courrier au SNS.

À la suite de quoi, par mail le 4/07, j’interroge la direction de course, sur le devenir de ma participation au Vendée Globe, et des possibilités restantes pour me qualifier.

Le 13/07 la SAEM Vendée et la direction de course nous répondent par lettre recommandée « la direction de course du Vendée Globe a pris attache avec la FFV qui lui a confirmé sa position(….)Compte tenu de ces circonstances et l’Avis de Course faisant foi, nous sommes au regret de ne pas pouvoir vous proposer d’autre alternatives pour vous qualifier au Vendée Globe 2016-2017»

Pourtant le  02/08 à notre grand étonnement le chèque d’inscription de 20 000€ est encaissé, ce qui nous porte à croire que notre inscription est encore possible.

 

Au bon sens marin :

Je prends la décision de réaliser le parcours dit « exceptionnel » selon les instructions de course (article 4.7 des IC) afin d’amener la solution à la direction de course pour nous qualifier.

Je les informe de mon départ par mail en date du 1/08 et par lettre A/R le 16/08 restée sans réaction de leur part.

Le 30/08 toujours en mer, je leur fais parvenir une nouvelle lettre A/R avec mon parcours en espérant avoir leur approbation.

Et c’est en date du 02/09, la veille de mon arrivée que Jacques Caraës  me répond par mail :

« Je suis désolé de devoir te préciser que nous ne sommes pas dans un cas de circonstances exceptionnelles, par conséquent en tant que directeur de course je n’ai pas la possibilité de déroger au texte de l’avis de course et de valider ta navigation du mois d’août par dérogation »

Il nous rappel les courses qualificatives :

La St Barthelemy-Port la forêt et la transat Barkerly : « Seules  les équipes importantes y ont participé »

La transat Calero des Canarie à New Port « celle-ci organisée au dernier moment avec le concours de la fédération espagnole pour qualifier 3 bateaux avant la transat New York Vendée, course d’arrangement ».

Et pour finir la transat Québec st Malo « qui n’était initialement pas au programme de qualification du Vendée Globe, course normalement courue en équipage »

  • Le Bateau est prêt

 Suite aux résultats du test à 90° il manquait 122 kg sur le bulbe de la quille.

Nous avons réalisés les travaux nécessaires et les avons fait valider par l’architecte du bateau et Mr René Boulaire jaugeur officiel de la classe Imoca.

Par l’envoi d’un mail le 03/07, le jaugeur nous notifie qu’il est d’accord pour la délivrance d’un certificat provisoire, et que  le travail devra être contrôlé pour obtenir le certificat pour le Vendée Globe.

Nous attendions l’acceptation de notre qualification par la direction de course pour refaire notre test, sachant que le coût pour obtenir le certificat final Imoca est de 20 000€.

 

En conclusion

 

A deux reprises nous avons suivi les conseils de la direction de course, pour rester dans les règles afin de pouvoir nous qualifier. Force est de constater que leurs conseils se sont avérés être des voies sans issues.

Depuis le début de notre aventure, nous avons le sentiment de ne pas être les bienvenus sur ce Vendée Globe 2016. À peine pré-inscrit que l’ancien directeur de course souhaitait invalider notre préinscription, demandant instamment l’acte de propriété du bateau alors que cela ne figure pas aux prérogatives des instructions de course.

Demande qui n’apparait nulle part dans les instructions de course, régime spécial pour jeff pellet !

Aujourd’hui nous avons un bateau en parfait état de navigabilité qui vient d’effectuer 4700 milles, soit 3 fois le parcours de qualification que certains skippers ont effectués.

Come In Vendée est parrainé par 400 entreprises principalement vendéennes, beaucoup de bénévoles et d’écoles se sont investies et suivent l’opération.

Le bateau Come in Vendée devra quitter son port d’attache les Sables d’Olonne au plus tard le 3 octobre si la direction de course ne revient pas sur sa décision.

 

Partenaires Bénévoles et Amis

Come In Vendée, soyez en assurés, partira bien pour un tour du monde !

Avec ou sans le Vendée Globe

Le 12/09/2016 par jeff pellet