RETOURNER VERS LES ACTUALITÉS

La fin d’une belle aventure

C’est une nouvelle et dernière péripétie qui plombe l’avenir de Come in Vendée…
L’IMOCA de Jeff Pellet, privé de Vendée Globe, faute de qualification en course, est aujourd’hui inutilisable…

Pour rappel, Jeff était parti effectuer son tour du monde en solitaire, en pirate, une semaine après les concurrents du Vendée Globe. Un départ dont le Sablais se rappellera a jamais, supporter par plusieurs dizaines de milliers de spectateurs ! Auteur d’une bonne descente, il avait passé l’Equateur sur un tempo de coursier, avant une première collision avec un OFNI. Le skipper avait alors décidé de se dérouter vers les Antilles, avant une seconde collision. Le voile de quille est endommagé. Débute alors un bras de fer avec l’assurance…

7 mois

Come in Vendée est au sec, sur le port de commerce des Sables-d’Olonne. Jeff ne prendra plus la barre, la faute a une compagnie d’assurance qui rejette la faute sur une quille défectueuse depuis 2013 ! « Le bateau est bloqué depuis le 28 décembre 2016, dans l’attente d’une expertise d’assurance. 7 mois ! On n’a pu exploiter le bateau ni préparer de nouveaux projets », peste Jeff.

Faute antérieure

Come in Vendée a, après moult discussions, été transporté par cargo d’Antigua en Angleterre, convoyé ensuite jusqu’aux Sables-d’Olonne. Arrivé le 21 mai, expertisé le 6 juin. « Le rapport d’expertise est arrivé le 24 juillet ! Ils rejettent les torts sur des réparations de quille effectuées par l’ancien propriétaire en 2013. Selon eux, la quille a été renforcée sans consentement de l’architecte ou du constructeur de la quille. La quille aurait dû être mise au rebut à cette date ». Aucune prise en charge n’est prévue ! « Ils estiment que les deux chocs ne peuvent être pris en considération « . L’art de botter en touche…

Fin du match

Face aux assurances, c’est le pot de terre contre le pot de fer selon les dires de Jeff. Come in Vendée ne pourra naviguer que lorsqu’un nouveau voile de quille sera posé. Le montant de la réparation s’élève à 96 000 €. Faisant déjà face à des contraintes financières, Jeff jette l’éponge. « Come in Vendée est à vendre en l’état. Le projet route du Rhum et autres exploitations du bateau tombe à l’eau. Les traites continuent de tomber… »
Il demeure un rêve toutefois, qu’un partenaire titre investisse pour relancer la belle mécanique de Come in Vendée. « C’est la fin du match », concède néanmoins Jeff, roué de coups depuis 3 ans. C’est un de trop.

Come In Vendée remercie  l’ensemble des Partenaires, Bénévoles, Médias et public pour leurs soutiens.